Anecdote #1

Jeudi dernier je participais à un séminaire de recherche informel. Mes travaux ont été discutés et on m’a donné beaucoup de nouvelles pistes et de nouvelles références à creuser.
On me pose souvent la question suivante : « qu’est-ce que tu comptes faire après ta thèse ? ». Je n’y a pas échappé cette fois-ci. N’ayant pas de réponse précise, ni de plan tout tracé, j’ai pour habitude de répondre que l’intérêt n’est pas tant ce que ce je veux faire après la thèse, mais plutôt ce que je peux faire d’une thèse en sciences de l’information de le communication, au regard de ma formation initiale en design et de mon parcours actuel. À cela, un chercheur m’a fait remarqué que  curieusement je « vend[ais] ma thèse comme un objet de design ».

Chassez le naturel, revient-il au galop ?

· · ·

10 commentaires à “Anecdote #1”

  1. Clément dit :

    Oui et donc ? poursuivez.

  2. Leon dit :

    Puisque ton occupation, c’est de chercher, tu devrais chercher ce que les autres ont trouvé sur les leviers du rire.

  3. Celine dit :

    Il se passe de droles de choses, sur ce blog.
    Decidement tres interessant ! ;-)

  4. Clément dit :

    @Philippe

    Je publie vos commentaires parce qu’en définitif ils me font bien rire et démontre votre totale méconnaissance du monde de la recherche. La recherche n’est pas une activité finie et lorsque quelqu’un apporte une réponse, celle-ci est bien évidement toujours provisoire, toujours soumise à caution. Comme l’a dit Latour (et d’autres), la recherche est basée sur la controverse.
    Parler de censure à votre égard est véritablement ridicule vous qui avez les médias grand public à vos pieds, preuve en est votre tournée ces derniers mois (canal, France 2, France Inter, etc.). Posez-vous la bonne question : comment se fait-il que tant de blogs ont cessé de publier vos commentaires ?
    Ce blog est ma propriété. Je ne vais pas m’amuser à publier les commentaires qui attaquent le plus souvent ma personne que mes propos.
    Ce qui vous dérange sûrement est la contradiction. Le fait qu’avec Internet vous nous pouvez plus totalement maitriser votre image, ne plus être aux commandes de votre propre hagiographie. À l’image de ce qu’a fait Christine Bauer par exemple.

    Non franchement, j’ai plutôt envie de rire. Je pense qu’on va beaucoup rire aussi dans quelques mois avec votre laboratoire de recherche. Tout le gratin médiatique sera là, fera une belle pub et passera sous silence (sans doute par ignorance) les initiatives déjà installées depuis plusieurs années. Ça en revanche ça me fait moins rire.

  5. Léon dit :

    Mais est-ce le mode de penser du designer-créateur? Seulement se poser des questions, mais ne pas envisager, concrètement, la meilleure réponse?
    Et puis, il y a la censure envers ceux qui ne se vautrent pas seulement dans les questions et les critiques. Et qui n’apprécient pas trop l’inconséquence.

  6. Leon dit :

    Alors tu ne devrais pas intituler ton blog: « design et recherche » mais  » recherche et critique »

  7. Clément dit :

    @ Léon

    Oui, c’est le principe de la recherche en effet.

  8. Léon dit :

    Après ta thèse tu continueras à poser, à te poser des questions. N’est-ce pas cela la finalité d’une thèse? Tu écriras pour te poser des questions.

  9. Clément dit :

    @ Celine

    Hum… Fin 2011, courant 2012.

  10. Celine dit :

    Interessant…
    Et d’ailleurs, ca commence quand, « apres la these » ? :-)

· · ·

Laisser un commentaire